You are here

Orange sponsorise un Master data science en Côte d’Ivoire

Orange data science CIV _200x200

Depuis quelques années, le métier de Data scientist est très demandé, en écho à l’attention désormais portée à la data dans tous les secteurs économiques. Cependant, il n’existe pas à date de délimitation précise de ce que recouvre le métier, encore moins de formation type y donnant accès même si la priorité semble être donnée par les recruteurs à la statistique, au data mining et à l’algorithmique, entre autres. Dans divers pays, les lancements de programmes de formation se multiplient pour adresser cette demande. Et c’est aussi le cas en Afrique, notamment en Afrique du Sud et au Nigéria où diverses initiatives sont annoncées ces derniers mois. En Afrique subsaharienne francophone, la Côte d’Ivoire se distingue en initiant à son tour une formation académique de niveau Master pour adresser la demande des entreprises en data scientist. Né d’un partenariat entre l’INP-HB (Institut National Polytechnique Houphouet Boigny), l’ENSEA (Ecole Nationale de Statistique et d’Economie Appliquée) et l’X (Ecole Polytechnique de Palaiseau en région parisienne), matérialisé par la création d’une entité dédiée (Data Science Institute hébergé à l’INP-HB), le programme est sponsorisé par le telco français Orange. « Je suis particulièrement fier de ce partenariat emblématique pour Orange avec l’enseignement supérieur ivoirien et français. Les datas sont une ressource pour l’Afrique. À travers notre soutien pour la création d’une filière d’excellence en data science, nous nous engageons pour la formation de jeunes femmes et hommes qui développeront leurs compétences en statistiques, big data et intelligence artificielle au service de l’écosystème numérique et de l’innovation en Côte d’Ivoire et bien au-delà dans la sous-région » a d’ailleurs commenté Stéphane Richard.

D’une durée de deux ans, le programme accueille une sélection de 14 étudiants pour sa première promotion. Les enseignements sont délivrés par une équipe pédagogique fournie par les 3 partenaires académiques.

Pour rappel, Orange a une petite tradition avec la data science dans la région. Le groupe télécom a initié en 2013 un challenge baptisé D4D (Data for Development), ouvert à la communauté scientifique locale à laquelle il a fournit à cet effet des données propriétaires concernant son réseau mobile, des mesures climatiques provenant des panneaux solaires équipant des tours télécom ainsi que des données comportementales d’individus fictifs mais statistiquement représentatifs avec une granularité fine. La première édition s’est tenue en Côte d’Ivoire et celle de 2014 au Sénégal.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Leave a Comment