You are here

995 millions de lignes mobiles en Afrique au 1er Semestre

Ovum lignes mobiles Qwickfone rural afrique 950x620

A la veille de l’édition 2017, la vingtième, de AfricaCom qui démarre Mardi au Cap en Afrique du Sud, Ovum a livré ses prévisions pour l’industrie des télécoms en Afrique. Comme à son habitude et à la différence d’autres forecasters, le cabinet britannique s’est intéressé à l’ensemble de l’Afrique, marchés subsahariens et maghrébins inclus. Il dénombre ainsi 995,85 millions de lignes mobiles actives en Afrique en H1 2017 (premier semestre). L’analyste britannique a revu à la baisse ses estimations de l’an dernier où il prévoyait que le continent devait compter 1,02 milliard de lignes mobiles en circulation à Q4 2016 (quatrième trimestre). Entre-temps, les opérations d’identification des abonnés mobiles dans de nombreux pays (Nigéria, Côte d’Ivoire, Ouganda, etc.) ont abouti à une désactivation de dizaines de milliers de cartes SIM. Selon ses nouvelles prévisions, les marchés africains devraient quand même franchir la symbolique barre du milliard de lignes actives à Q4 2017 (1,05 milliard), dont environ 41,7% d’abonnés haut débit mobile (W-CDMA, 3G et au-delà).

1,07 milliard d’abonnés haut débit mobile en 2022

Ovum estime en effet à 418,59 millions le nombre d’abonnés au haut débit mobile que compteront les marchés africains en Q4 2017. Ce parc devrait plus que doubler d’ici 2022 pour afficher 1,07 milliard d’abonnés haut débit mobile au compteur à cet horizon. Une perspective remarquable, mais qui ne devrait pas masquer les challenges que doivent résorber les parties prenantes. Le cabinet britannique estime par exemple que les telcos devront davantage se pencher sur le pricing (encore trop élevé) et innover en termes de business model pour améliorer la commercialisation et l’usage du haut débit mobile. Quant aux régulateurs et parties étatiques, ils amélioreront le développement du haut débit mobile en revisitant leurs stratégies de délivrances de licences et d’attributions de fréquences.

Le cabinet estime par ailleurs que le W-CDMA continuera encore quelques années d’être le standard haut débit mobile le plus utilisé dans la région, avec une projection de 858,1 millions d’abonnés à l’horizon 2022. Vient ensuite le LTE qui enregistrera 210,4 millions d’abonnés utilisateurs en 2022 contre 32,1 millions en Q4 2017.

Quant au haut débit fixe, Ovum estime à 16,57 millions le nombre d’abonnés pour Q4 2017. La projection 2022 affiche 23,83 millions d’abonnés. Ici, le DSL reste le standard le plus consommé, avec 12,6 millions d’abonnés estimés pour fin 2017, contre 2,5 millions pour le LTE fixe et 674 500 pour le FTTH. Ces deux derniers standards technologiques progresseront respectivement à 5,55 millions et 2,91 millions en termes d’abonnés en 2022.

Ovum estimations 2 580x189

Revenus générés en milliards de dollars (Source : Ovum)

Pour ce qui est des revenus générés, la data continue de progresser, en mobile comme en fixe (voir tableau ci-dessus) et drive le marché pendant qu’à l’inverse la voix décline. L’ARPU mobile est également globalement en recul, -6% en 2016 à 4,35 dollars en moyenne par mois en Q4 2016.

Ethio Telecom (Ethiopie) est identifié comme le plus important opérateur mobile dans la région (57,34 millions d’abonnés) et MTN demeure le premier réseau consolidé.

Ovum metrics and forecasts for Africa 2017 777x481

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Leave a Comment