You are here

SVOD en MENA : quels sont les bons chiffres ?

IHS Markit chiffres SVOD MENA

Le marché de la vidéo en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (MENA) est encore fortement porté par le linéaire. Mais l’OTT est en progression continue et pourrait à moyen terme challenger la TV classique, en tout cas selon le scénario présenté par Digital TV Research. Pour ce prévisionniste, les marchés de la région auraient cumulé environ 3,74 millions d’abonnés SVOD en 2016. Un chiffre très éloigné, c’est le cas de le dire, des dernières estimations de IHS Markit qui a affirmé Jeudi que la région comptera tout au plus 1,3 million d’abonnés payants en 2017 en ce qui concerne la vidéo à la demande. Selon cet autre prévisionniste, ce n’est qu’au delà de Juin 2020 que la région atteindra les latitudes évoquées pour 2016 par Digital TV Research. C’est dire combien les chiffres présentés par l’un et l’autre évoquent des ordres de grandeur très différents, ce qui n’aide pas les acteurs dans leur compréhension du marché.

Ces derniers ne sont d’ailleurs pas classés de la même façon par les deux cabinets. Pendant que Digital TV Research estime que Netflix tient le lead du marché avec environ 652 000 abonnés en 2016, IHS Markit indique que la plateforme de Los Gatos et son compère Prime Video (Amazon) sont dominés par Starz Play et Shahid Plus. Les deux géants américains (21% de part de marché à eux deux en 2017) seraient plutôt à la lutte, en position de challenger, avec des marques internationales comme iflix, Viu, et locales comme Icflix, Seevi. La faiblesse de leur offre de contenus locaux couplée à la présence insuffisante de contenus internationaux doublés en arabe seraient pour partie à l’origine de la position de challenger des deux plateformes américaines, plus habituées à jouer les premiers rôles sur la plupart des marchés qu’ils opèrent. A cela s’ajouterait la forte appétence de la région à du contenu gratuit ainsi qu’au piratage. Ces deux derniers facteurs impactent aussi les autres acteurs.

La seule chose sur laquelle l’ensemble des analystes semblent d’accord, c’est la disparité entre les marchés du Maghreb et ceux du Golfe. Les deuxièmes sont plus riches et sont davantage en capacité de consommer les offres premium et de multiplier les abonnements, en linéaire comme en OTT. Aussi, les niveaux de pénétration du haut débit fixe et mobile sont très variables. Là encore, les pays du golfe ont de l’avance par rapport au Maghreb. Les statistiques de GSMA en témoignent.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Leave a Comment