ShowMax vs Netflix : le match de la latence et du confort

showmax-twitter

En Afrique subsaharienne, la SVOD est devenu un segment hyper concurrentiel tant les annonces d’expansion ou de lancement se sont multipliées ces derniers mois (ShowMax, NuVu, Trace Play, Afrostream, Video Moja, Miabox, etc.). Et ça continue de se bousculer au portillon : le dubaïote Starz Play annonce par exemple une expansion sur des marchés subsahariens en 2017.

Vu le niveau d’intensité concurrentielle qui s’annonce, le prix sera assurément un facteur pouvant offrir un avantage compétitif, comme nous l’indiquions dans un précédent article. La notion de prix ici concerne autant le montant de l’abonnement, mais également le coût de la data consommée lors du visionnage, notamment sur mobile. Un autre facteur de compétition entre plateformes est la latence, qui d’une certaine manière impacte aussi le coût de la data.

La latence est justement le dernier terrain sur lequel ont décidé de s’affronter ShowMax et Netflix qui essaient chacun de proposer à leur abonnés subsahariens la meilleure expérience possible. En Octobre, Netflix annonçait un partenariat avec Spectranet au Nigéria pour opérer dans le pays un serveur dédié sur lequel il stockera localement l’intégralité de son catalogue (voir notre article). D’autres partenariats de ce type sont prévus par le géant américain, qui à date exploite huit (*) serveurs IXP (Internet eXchange Point) à Johannesburg.

De son côté, ShowMax opère ses propres serveurs basés en Afrique du Sud et il vient en plus de se connecter à NAPAfrica, le plus important IXP en Afrique. Lancé en 2012 et opéré par Teraco, il compte plus de 216 membres dont Vodacom, Telkom et … Netflix.

Avec ces raccordements serveurs, Netflix et ShowMax prennent encore un peu plus d’avance sur leurs concurrents en Afrique et déplacent la compétition entre leurs plateformes sur le critère du confort, dans tous les sens du terme.

(*) : Boettger T., Cuadrado F., Tyson G., Castro I., Uhliq S. (2016), Open connect everywhere: a glimpse at the Internet ecosystem through the lens of the Netflix CDN, June 2016, Queen Mary University of London

 

Crédit : Twitter/@ShowMaxOnline

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Leave a Comment