Canal+ fait détruire des box TV pirates à Abidjan

Canal+ Piratage

On le sait, la pay TV est très largement piratée en Afrique. Rien que pour la zone subsaharienne francophone, cela pourrait concerner 27 millions de foyers selon une estimation de Séverine Laurent de  l’agence Afrikakom, soit un multiple de 9 par rapport au nombre estimé des foyers qui paient réellement leur abonnement TV.

Le phénomène serait particulièrement important au Cameroun, au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Dans ce troisième pays, Georges Clément (Responsable de la lutte contre le piratage à Canal+ à Abidjan) estime que le nombre de foyers ayant accès de façon illicite aux offres Canal+ avoisine 1,8 millions quand le groupe français enregistre seulement 386 000 abonnés réels dans le pays. Au regard des énormes manques à gagner que cela représente pour le groupe et pour toute l’industrie de l’audiovisuel, il mène un combat sans relâche contre le piratage en coordination avec la police et la gendarmerie ivoiriennes. En deux ans (juin 2014 – Mai 2016), ils ont réussi à exfiltrer du marché environ 2400 box pirates dont plus de 660 brandés Canal+. C’est l’ensemble de ces équipements pirates qui a fait l’objet d’une opération médiatisée de destruction à l’aide d’un compacteur (engin de travaux publics) de marque Caterpillar. Ont également fait l’objet de destruction à l’occasion de cette opération 553 cartes d’abonnement Canal+ et plus de 2200 autres accessoires.

Toujours sur le terrain de la lutte contre le piratage, le sud-africain MultiChoice avait annoncé au mois d’Avril des poursuites judiciaires contre des opérateurs et abonnés piratant sa plateforme de distribution de contenus depuis le Zimbabwé.

Pour rappel, les foyers consommant illégalement la pay TV s’abonnent auprès de distributeurs illégaux qui proposent les bouquets de chaînes à des prix très bas représentant jusqu’à 1/5 des tarifs pratiqués par les opérateurs licites.

 

Source image : revue-afrique.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Leave a Comment