VOD gratuite : Video Moja se lance

© Video Moja

Netflix couvre 190 pays à travers le monde, dont de nombreux pays africains. En dehors du géant américain, plusieurs autres offres de VOD sont disponibles sur divers marchés africains : Afrostream, iROKOtv, ipidi TV, WatchAfrica, etc. Récemment, le MVNO zimbabwéen Viva Mobile a également lancé le sien sous la marque Uhuru TV. Une étude récente de Nielsen indiquait d’ailleurs que 21% d’africains étaient abonnés à des offres de SVOD.

La VOD en général est en plein essor en Afrique. Aux côtés des offres SVOD, il y a aussi et surtout les services gratuits. Sur ce créneau sont positionnées des plateformes telles que Youtube et Dailymotion. Depuis peu, on compte aussi des applications africaines d’accès gratuit à de la vidéo. La dernière en date est Video Moja, une plateforme offrant un accès gratuit à un catalogue de contenus de Nollywood (production nigériane), comme indiqué sur le site de l’app. Elle serait encore en version BETA. Les utilisateurs peuvent se constituer leurs listes de contenus favoris par thématique. De nouveaux contenus sont proposés chaque semaine. La plateforme intègre une solution EPG permettant d’accéder à un synopsis et d’autres informations pour chaque contenu.

Video Moja fait penser à une autre application du même type lancée en Aût 2014 : Tuluntulu. La consommation des contenus vidéos y est aussi gratuite et est assortie d’une raisonnable consommation de data (+- 50 MB/heure selon ce qui est indiqué sur le site). A la différence de Video Moja, ce sont surtout des chaînes TV et radio que l’on peut y streamer (Africa4U, Aljazeera, Nolly4U, Deutsche Welle, Voice of America, Planet TV, etc.), Tuluntulu disposant de droits free-to-air.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

One thought on “VOD gratuite : Video Moja se lance

  1. […] que Tuluntulu ou Video  Moja promettent certes des consommations data beaucoup moins élevées (voir notre article), mais ça reste difficilement tenable pour l’internaute subsaharien d’autant plus que […]

Leave a Comment